Les caisses de Jean-Jean et Servanne – 02/02/2020

Bonsoir à vous tous,

Aujourd’hui, nous étions 55 pour notre rando à la journée. Nous avons parcouru 17,500 kms

Je pense que vous n’avez pas été déçus par ces paysages d’une grande beauté.

Le temps un peu pluvieux au départ nous a laissés tranquilles ensuite et nous avons pu profiter de cette belle ballade.

Nous avons quand même frôlé la catastrophe à plusieurs reprises. Tout d’abord Jacques qui a voulu se passer la corde au cou. Il a fallu beaucoup de diplomatie pour l’en dissuader (nous vivons des moments durs dans ces randos), ensuite notre Edgar qui nous a fait un roulé-boulé mais ouf plus de peur que de mal, et le pompon, ces dames en émoi qui ont croisé un apollon à queue de cheval. Nous avons failli toutes les perdre, non mais c’est pas sérieux tout ça … Bon c’est vrai que… enfin… il était trop canon….

Je vais reprendre les éléments du mail où nous vous présentions notre sortie, vous pourrez comprendre toute l’émotion que nous avions ressentie en la préparant.
 
Sur ces terres chargées de traditions, en tendant l’oreille lorsque nous traverserons des mas, vous pourrez entendre une « mamette » raconter des histoires provençales à la veillée. 

Nous avons emprunté l’ancienne voie de chemin de fer (Arles  – Salon) désaffectée et un chemin traversant la garrigue et les genêts pour passer sous le petit aqueduc du canal de la vallée des Baux. Nous avons longé les Alpilles sculptées par le mistral, pour arriver aux ruines d’un vieux moulin. Il en reste une magnifique cascade et des ruisseaux qui chantent pour saluer votre passage.

 Nous avons traversé les vestiges d’une ferme, le Cagalou et nous nous nous sommes dirigés vers les « caisses de Jean-Jean » abritant un oppidum gaulois (certains objets trouvés lors des fouilles sont maintenant exposés au Musée départemental Arles antique). Nous avons longé une dorsale de belles parois rocheuses très droites surgies là lors du plissement alpin. Les anciens (XVIIème siècle) s’en sont servi pour tailler et extraire des meules (technique assez particulière d’extraction). Nous avons rejoins l’oppidum où nous avons déjeuné.

 La première difficulté de la journée juste après notre repas, a été  la descente des « caisses de Jean-Jean » demandant toute notre attention, puis nous avons cheminé le long du golf de Servanne .

 La deuxième difficulté de la journée nous a conduit  sur les crêtes des « caisses de Servanne » où vous avez pu découvrir un panorama exceptionnel  sur le site des Alpilles et la commune de Mouriès entourée de plus de 80 000 oliviers (première commune oléicole de France).

Je vous joins 2 albums, tout d’abord celui de la reconnaissance où la lumière est différente et ensuite celui de notre journée.

Photos de la reconnaissance Janvier  

Photos du jour 

 A mardi pour de nouvelles aventures et merci à vous pour cette belle journée !

 

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.